Comité de Groupe 2018

Le jeudi 14 juin avait lieu le comité de groupe au siège du Groupe Eram à Saint Pierre Montlimart (49). Cette réunion était présidée par M. Xavier BIOTTEAU, président du Groupe Eram, assisté de Mme Isabelle SAVIANE, DRH Groupe, M. Gilles ABALLEA, secrétaire général du Groupe et M. Guillaume NOEL, directeur du développement social. Les syndicats CFTC, CFE-CGC, FO et CFDT étaient représentés.

Lors de cette réunion, la direction a pu informer les représentants du personnel de l’activité du groupe sur l’activité 2017 et début 2018 et de répondre aux questions des différentes organisation syndicale. Les 14 questions de la coordination CFDT portaient sur 6 thèmes :

  • Futur de la logistique centre-ville et de l'usine de Jarzé
  • Accord de participation
  • L'emploi au sein du Groupe Eram
  • Les conditions de travail
  • Informations économiques et sociales
  • Stratégie du Groupe 

 

Futur de la logistique centre-ville et de l'usine de Jarzé

Deux questions portaient sur l’avenir de deux activités précises que sont la logistique centre-ville à Saint Pierre Montlimart et la production à l’usine de Jarzé (Parade / TBS).

Concernant la logistique centre-ville, la direction a indiqué que pour l’instant l’organisation actuelle est satisfaisante. Cependant elle a également indiqué qu’une réflexion était en cours autour de la supply chain centre-ville qui pourrait donner lieu à une évolution de l’organisation.

Le projet de nouvelle usine a été confirmé même si un retard a été admis. Le retard est du aux fluctuations récentes de la production TBS et au développement des chaussures connectées. L’éventuelle prise en compte pour la nouvelle usine des nouvelles fonctionnalités a décalé le projet de quelques mois. Concernant la baisse de l’EBITDA, elle est due à des embauches liées aux nouveaux projets de l’entreprise.

La CFDT a bien noté que l’organisation de la logistique de centre-ville, si elle correspond aux besoins actuellement, pourrait évoluer pour répondre aux changements à venir, par exemple dans le cas d’une augmentation importante du chiffre d’affaire des commandes Web et, quoiqu’il arrive, avec le nombre important des départs en retraite.

Pour l’usine de Jarzé, la direction a confirmé un report de quelques mois du projet du en partie à l’activité autour de la phase d’industrialisation de la chaussure connectée, projet qui peut être un levier important de développement dans les années à venir.

Accord de participation

Comme lors des derniers comités de groupe, la coordination revenait sur le sujet du partage de la réserve de participation. En effet à la CFDT, comme à une très large majorité des salariés, il semble inéquitable de redistribuer la participation en proportion du salaire et non à parts égales.

La direction indique que sa position reste la même concernant le partage de la réserve de participation. Elle indique que la participation est un mode de rémunération et que le partage doit s’effectuer proportionnellement au salaire versé.

La CFDT regrette une nouvelle fois cette position de la direction, soutenue par la CFE-CGC. Les salariés, dans leur grande majorité, approuvent que la réserve de participation soit partagée de manière égale et ne sont pas entendus sur ce point.

L'emploi au sein du Groupe Eram

Les deux questions suivantes portaient sur l’emploi au sein du groupe. Lors des derniers exercices, il est à noter une forte baisse de l’emploi avec la vente d’Agora, la séparation des magasins belges ou le PSE chez Texto, mais pas seulement, avec des externalisations d’activité et le passage en franchise ou affiliation de magasins. La coordination souhaitait connaître la position de la direction sur l’évolution de l’emploi au sein du Groupe.

La direction a indiqué que l’affiliation se développait effectivement beaucoup mais qu’il n’y avait pas d’objectif à un remplacement de l’ensemble des magasins succursales. Concernant les emplois au siège, il n’y a pas de projets d’externalisation à date mais la situation est extrêmement mouvante et qu’il faut savoir être agile et faire appel à des compétences externes dans les activités où le groupe n’est pas compétitif.

Il semble que la baisse importante des effectifs aux sièges du Groupe soit terminée sans que l’externalisation d’une activité qui pourrait être moins couteuse en externe soit exclue.

Concernant l’affiliation-franchise, la direction a annoncé un objectif à 20% des magasins alors que pour 2017 les informations données nous indiquent déjà 19% de magasins de ce type.

Les conditions de travail

La coordination souhaitait revenir sur la question des conditions de travail pour donner suite à la situation exceptionnelle découverte au magasin Gemo de Cholet mais également aux nombreux témoignages recueillis lors de l’enquête nationale.

La direction indique que « l’idée n’est pas que c’est l’enfer partout » mais qu’il faut que l’entreprise mette tout en œuvre pour que les salariés puissent avoir un recours quand la situation n’est pas normale. Le fait qu’une situation ait perduré pendant de longues années malgré la hiérarchie, les représentants du personnel et la médecine du travail n’est pas satisfaisante.

Une représentante de la CFTC, membre du CHSCT Vetir, a souhaité préciser que dès que le CHSCT a été au courant de l’affaire, il a agi et lancé une enquête.

La direction a indiqué qu’elle souhaite mettre en place des dispositifs afin de savoir ce qu’il se passe au sein du groupe et prévenir les situations anormales :
- Grand programme de sensibilisation sur les risques psycho-sociaux
- Formation des managers sur les risques psycho-sociaux
- Négociation sur la Qualité de Vie au Travail incluant la mise en place par IAPR d’un numéro vert (7j/7 et 24h/24)
- Généralisation dans le Maine-et-Loire de la mission d’assistante sociale (déjà en place à Montjean-sur-Loire) et également sur le réseau régionalement

La CFDT salue la position de la direction sur ce dossier et les mesures prises par le Groupe afin de mettre en place des outils permettant une meilleure prise en compte des situations que peuvent traverser les salariés. Parmi ces mesures, l’association des partenaires sociaux à ces problématiques de risques psycho-sociaux à travers les négociations d’accords sur la Qualité de Vie au Travail est une bonne chose et la CFDT prendra toute sa part dans ce travail.

La coordination s’étonne en revanche de la position des élus CFTC indiquant avoir agi dans les meilleurs délais dans un dossier en particulier qui s’est étalé sur plus de 20 ans ! Les témoignages de salariés touchés tout au long de ces années nous disent tout autre chose.

Informations économiques et sociales

La moitié des questions posées par la coordination CFDT portaient sur les informations économiques et sociales afin d'avoir des précisions et des projections, au moins à court terme, afin que le Comité de Groupe puisse avoir une vision de la stratégie du groupe.

La direction a indiqué ne pas être en capacité de fournir l’ensemble des informations demandées, et particulièrement celles qui demandent un redécoupage pour chaque activité.

Cependant, beaucoup d’informations ont pu être présentées au Comité de Groupe :
- les objectifs 2018 comme demandés avec par exemple un résultat 2018 prévisionnel en légère hausse par rapport à 2017 (baisse prévue pour activité marques/retail et hausse pour Gemo) ;
- la baisse des charges de personnel a été précisée avec une baisse de 18 M€ de salaire brut pour 7,55M€ de charges patronales, les charges de personnel représentant 21,1% de l’ensemble des charges (49,8% des charges pour les achats)
- les rubriques de charges externes avec peu d’évolution du poids relatif de chacune d’entre elles : 45% locations, 13% publicité et 9% transport (entrepôts-magasins) pour les principales ;
- les principaux types de provisions avec une légère baisse pour les provisions pour indemnités de fin de carrière, relativement plus importantes pour les litiges commerciaux et une hausse importante des provisions pour dépréciation de fonds de commerce.

La CFDT regrette la réponse de la direction qui ne veut pas fournir le détail des charges principales par activités ainsi que l’ensemble des informations avec un découpage par activité identique. Cela ne permet pas une vision claire de la stratégie du groupe sur chacune des activités.

En revanche, l’ensemble des autres informations complémentaires ont été fournies et les objectifs pour l’année en cours seront inclus dans les documents d’informations pour les années à venir, ce qui est une belle avancée pour les membres du comité de groupe pour appréhender la stratégie du groupe.

On note qu’après une année 2017 où le groupe a montré qu’il savait rester rentable malgré un marché en berne, grâce à des économies de charges de plus de 20 M€, des restructurations et un désendettement d’environ 100 M€, les objectifs pour 2018 marquent une légère évolution.

Stratégie du Groupe

Alors que l’internationalisation et la digitalisation sont deux axes importants de la stratégie du Groupe Eram, le document d'information remis aux membres du Comité de Groupe n’apportait que peu d’informations sur ces deux sujets. La coordination Eram souhaitait donc avoir plus d'informations et particulièrement sur le développement des différentes enseignes à l'étranger et les résultats de l'activité Web.

Concernant l’internationalisation, la direction a indiqué que les résultats étaient bons pour Gemo au Maghreb par exemple mais que le développement n’était pas encore au rendez-vous.

Notre demande de présentation des résultats de ventes en ligne a été prise en compte avec une présentation complète par enseigne. L’activité Web présente une forte augmentation en 2017. Gemo voit une hausse importante de 36,3%, pour le centre-ville Texto, Eram et Bocage présentent des augmentations respectives de 37,6%, 23,6% et 45,4%. La mutualisation pour le centre-ville du service digital a été un levier important pour le bond de Bocage qui continu en 2018 (+50% à fin mai).

Si la situation du développement à l’international a été rapidement évoquée, la direction indiquant « ne pas être en avance », le bilan 2017 de l’activité Web, les objectifs 2018 et le point à fin mai ont été largement présentés.

Le Web Gemo se développe alors que la dynamique engagée pour le centre-ville et la mutualisation de certains services permettent, entre autres, de très bons chiffres pour le Web Bocage. Par ailleurs, sur une interrogation de la CFDT, la direction a indiqué que globalement une convergence des outils informatiques au niveau groupe semble pertinente.